Métaphysique des tubes d’Amélie Nothomb

metaphysique-des-tubesRésumé :
Parce qu’elle ne bouge pas et ne pleure pas, se bornant à quelques fonctions essentielles – déglutition, digestion, excrétion -, ses parents l’ont surnommée la Plante.
L’intéressée se considère plutôt, à ce stade, comme un tube. Mais ce tube, c’est Dieu. Le lecteur comprendra vite pourquoi, et apprendra aussi que la vie de Dieu n’est pas éternelle, même au pays du Soleil levant… Avec cette  » autobiographie de zéro à trois ans « , la romancière de Stupeur et tremblements, Grand Prix du roman de l’Académie française en 1999, nous révèle des aspects ignorés de sa personnalité et de la vie en général, tout en se montrant plus incisive, plus lucide et plus drôle que jamais.
Ma note : 13/20

Mon avis : 

Hier, j’ai commencé et fini Métaphysique des tubes et c’est une lecture reposante qui fait réfléchir sur la vie mais qui n’a pas été un coup de cœur. J’ai trouvé cette lecture parfois ennuyeuse et d’autres fois je ne pouvais plus m’arrêter de le lire. Donc j’ai un avis assez mitigé sur ce roman.

L’histoire commence par présenter le « tube » qui est un enfant qui ne parle pas, ne bouge pas, ne réagit pas du tout. Il a le regard vide et ses parents s’inquiètent de son état. Mais à l’âge de deux ans le « tube » vit enfin et nous raconte ses grandes découvertes de la vie.

Peut être que je m’attendais à une histoire plus intrigante. Cet enfant qui réagit à rien et qui est dans une état de « légume » m’a tout simplement intrigué. Pourtant au fur et à mesure que l’on avance dans le roman, il ne se passe pas grands choses jusqu’au moment où le « tube » se réveil enfin ! Mais après cela l’histoire reste plate à certains moments. Ce qui est dommage.

En revanche, ce que j’ai aimé le plus, c’est que cette histoire nous fait découvrir le Japon. Cet enfant est considéré comme Dieu et j’avais l’impression de découvrir le monde en même temps que lui. De replonger dans l’enfance, et surtout on voit une énorme progression de cet enfant.

L’écriture est fluide et ce roman se lit très vite car il n’y a pas beaucoup de pages (156). Donc, j’ai tout de même eu le temps de comprendre cet enfant et l’apprécier à sa juste valeur.

Bref, un petit roman intriguant mais qui peu parfois être ennuyeux.

Et vous ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s