1Q84 – Tome 1 Haruki Murakami

1q84-livre-1Résumé :

Au Japon, en 1984.
C’est l’histoire de deux mondes, celui réel de 1984 et un monde parallèle tout aussi vivant, celui de 1Q84. Deux mondes imbriqués dans lesquels évoluent, en alternance, Aomamé et Tengo, 29 ans tous deux, qui ont fréquenté la même école lorsqu’ils avaient dix ans. A l’époque, les autres enfants se moquaient d’Aomamé à cause de son prénom, « Haricot de soja », et de l’appartenance de ses parents à la nouvelle religion des Témoins. Un jour, Tengo l’a défendue et Aomamé lui a serré la main. Un pacte secret conclu entre deux enfants, le signe d’un amour pur dont ils auront toujours la nostalgie.
En 1984, chacun mène sa vie, ses amours, ses activités.
Tueuse professionnelle, Aomamé se croit investie d’une mission : exécuter les hommes qui ont fait violence aux femmes. Aomamé a aussi une particularité : la faculté innée de retenir quantité de faits, d’événements, de dates en rapport avec l’Histoire.
Tengo est un génie des maths, apprenti-écrivain et nègre pour un éditeur qui lui demande de réécrire l’autobiographie d’une jeune fille qui a échappé à la secte des Précurseurs. Il est aussi régulièrement pris de malaises lors desquels il revoit une scène dont il a été témoin à l’âge d’un an et demi.
Les deux jeunes gens sont destinés à se retrouver mais où ? Quand ? En 1984 ? Dans 1Q84 ? Dans cette vie ? Dans la mort ?

  • 10/20
  • Date de parution : 2012
  • Prix : 9.12 € (Broché)
Mon avis : 

♣ J’ai lu ce roman au mois de Novembre (oui je sais, je suis vraiment en retard dans mes chroniques). Je suis désolée pour les fans de Murakami mais je n’ai pas du tout adhérer au roman de cet auteur et surtout à son style, au niveau de son écriture mais aussi de son imagination. Pour ma part ce roman n’a eu aucun impact sur moi, pas une émotion, pas un seul plaisir pendant la lecture. Je n’ai trouvé aucun intérêt à cette lecture. Je l’ai tout de même fini car je me suis dis que le roman ne pouvait pas être aussi plat tout le long et bien si !

♣ Je pense que ma chronique va être assez brève car je ne prends aucun plaisir non plus à la rédiger. Donc il n’y aura pas de petit résumé comme je le fais d’habitude, pardonnez-moi. Mais sachez que la quatrième de couverture résume vraiment bien le roman.  

♣ J’attendais beaucoup de ce premier tome, et j’ai vraiment été déçue. Je n’ai rien trouvé de vraiment spectaculaire. Je l’ai tout de même fini mais avec beaucoup de difficultés. Pour moi il n’a aucun intérêt mais bien sûr pour affirmer une chose pareil je vais m’expliquer. Tout d’abord on se retrouve avec deux points de vue celui de Tengo, et celui de Aomamé. Dans les premiers chapitres l’auteur nous expliquent la vie de chacun des personnages. Tengo, a une vie assez tranquille contrairement à Aomamé qui a une vie beaucoup plus mouvementé. Ils sont tous les deux différents, ils n’ont pas la même vision des choses. Le début est assez long car on découvre la vie des deux personnages avec beaucoup de descriptions.

♣ J’ai tout de même apprécié les deux personnages, surtout Aomamé qui possède une vie très intéressante. Tengo est moins interessant mais il permet de comprendre la suite de l’histoire. 

♣ Dans la moitié du roman, l’histoire est plate, certes ils arrivent que nos personnages se retrouvent dans des positions peu banales mais ce n’est pas non plus, l’action du siècle. Il y a beaucoup trop de descriptions à mon goût. Et beaucoup de passages qui ne servent à rien. L’écriture est tout de même sympa mais le style de l’auteur ne m’a pas emballé plus que ça.

♣ Je pense qu’il s’agit d’un roman d’introduction qui permet de mettre en place le contexte et les personnages. Et puis au final, je me rends compte que la culture japonaise n’est pas vraiment ce que je préfère.

♣ Pour conclure, pour des raisons personnelles je n’ai pas apprécié ce roman et je ne compte pas lire la suite.

Et vous ?
Publicités