Je veux vivre de Jenny Downham

9782259208437FS (1)Résumé :

Tessa vient d’avoir 16 ans et se sait condamnée. Dans quelques semaines, elle mourra d’une leucémie. Partagée entre la révolte et l’angoisse, Tessa veut tout connaître de la vie avant de mourir, les interdits, la célébrité, l’amour… Aidée de sa meilleure amie, entourée par ses parents, Tessa se lance alors dans une course contre la montre, contre la mort, pour vivre !

Ma note : 14/20

Mon avis : 

Je veux vivre est un roman que j’avais dans ma PAL (Pile à lire) depuis un petit moment. Je l’ai reçu pour mon anniversaire (mars) et enfin je l’ai lu. Alors que dire de ce roman ?

Tout d’abord, je peux vous dire que les émotions sont au rendez-vous. J’ai pleuré (beaucoup même), ris, j’ai souffert et compris la réaction de l’héroïne à chacune de ses idées folles.

La lecture est facile, l’écriture et très fluide et surtout prenante. L’héroïne est vraiment sympathique mais un peu trop égocentrique et égoïste à mon goût, en même temps je serai surement pareil à sa place si j’avais une leucémie et que mes jours sont comptés. Je m’explique, je trouve que traiter sa famille de manière déplorable est vraiment puéril et imposer ses conditions, son avis à sa meilleure amie et vraiment égoïste alors que celle-ci a aussi des problèmes. Et l’héroïne ne se rend pas compte du mal qu’elle peut faire.

Ce roman fait vraiment réfléchir sur notre vie, car on se dit : Quelles sont les dernières choses que je souhaite faire avant de mourir ? Et bien pour moi, la réponse est tout ce que je n’ai pas déjà fait, mais ce n’est pas aussi simple. Et l’héroïne l’a bien compris et elle prête à tout pour finir sa liste. Les autres personnages sont tous aussi attachant, comme par exemple sont petit frère qui voit chaque jours sa grande sœur s’éteindre à petit feu. Je trouve ça admirable et courageux de réagir comme il le fait.

Au fil des pages, j’ai vraiment eu peur car je ne voulais pas découvrir la fin car l’héroïne ne doit pas mourir, je souhaitais sincèrement que sa vie dure et qu’elle puisse s’amuser comme un adolescente de 16 ans. Et je peux vous dire que la fin m’a laissé sans voix !

Dans ce roman, l’humour est bien présent, la joie et la bonne humeur aussi mais au fond ce qui est très présent dans ce roman c’est la tristesse et la peur. Vous vous demandez peut être pourquoi, j’ai mis qu’un simple 14/20 alors que j’ai fais de nombreux éloges sur ce roman ? Eh bien, malgré tous les points positifs énumérés ci-dessus, ce n’est pas le roman du siècle. Cela m’a marqué, j’ai apprécié l’histoire mais ça s’arrête là. C’est un roman assez prévisibles, il n’y a aucun suspense même si ce n’est pas le but précis recherché dans ce livre. C’est ce qui manque (pour moi) dans ce roman.

Pour conclure, je le conseille tout de même car il en vaut la peine. Mais attention aux âmes sensibles car cette histoire risque de vous bouleverser.

Et vous ?

Publicités

La fille de papier de Guillaume Musso

La fille de papierRésumé :
Trempée jusqu’aux os et totalement nue, elle est apparue sur ma terrasse au beau milieu d’une nuit d’orage.
– D’où sortez-vous ?
– Je suis tombée.
– Tombée d’où ?
– Tombée de votre livre. Tombée de votre histoire, quoi !  »
Tom Boyd, un écrivain célèbre en panne d’inspiration, voit surgir dans sa vie l’héroïne de ses romans. Elle est jolie, elle est désespérée, elle va mourir s’il s’arrête d’écrire. Impossible ? Et pourtant ! Ensemble, Tom et Billie vont vivre une aventure extraordinaire où la réalité et la fiction s’entremêlent et se bousculent dans un jeu séduisant et mortel…
Ma note : 15/20

Mon avis : 

La semaine dernière, j’ai enfin fini le roman de Guillaume Musso, La fille de papier. Vu que c’était mon premier roman de ce auteur, je ne savais pas du tout à quoi m’attendre. Et bien, premier roman plus ou moins réussi pou moi.

Tom Boyd est un écrivain qui a un talent fou. Il a crée une trilogie où Billie est l’héroïne. Seulement, après une rupture douloureuse Tom n’arrive plus à écrire et devient accro aux médicaments. De plus, son agent qui est son meilleur ami, lui informe que son deuxième tome à était mal imprimé. C’est à ce moment là que Billie tombe de son roman. Seulement Tom ne croit pas un mot de cette histoire mais il va se rendre compte très vite que c’est la réalité. Billie lui propose un marché si elle l’aide à obtenir son ex petite amie, Tom lui devra écrire la suite de son histoire. Seulement, Tom n’a plus l’envie d’écrire et le chemin va être long pour l’avouer à Billie.

Ce qui m’a déçu dans ce roman, c’est que l’histoire est longue et on met beaucoup de temps à arriver au thème principal de l’histoire. On a souvent du mal à avancer et je me suis parfois ennuyée. Il faut attendre la moitié du livre avant qu’il se passe réellement quelque chose. Je pense que c’est dû aux descriptions qui sont trop longues, trop approfondis qui rendent le texte lourd ce qui peut le rendre ennuyeux.

Quand on arrive à la moitié, l’histoire débute, et on s’embraque dans une folle aventure avec des péripéties et des catastrophes. J’ai bien rigolé à certains moments. 

C’est une histoire originale qui permet de découvrir l’Amérique et le Mexique. Ainsi que des personnages haut en couleur. Le personnage de Billie par exemple, est très impressionnant car elle est pleine de vie, de mystère. Tom est un écrivain mal dans sa peau, qui adore ses amis et qui fait souvent la tête. Au fil des pages on découvre une nouvelle relation qui se crée entre les deux personnages principaux. 

Mais la fin du roman reste le plus captivant. La fin est spectaculaire car il y a un retournement de situation auquel personne< ne peut s’y attendre. J’ai ressenti beaucoup d’émotions dans ce roman : de la colère (car parfois Tom est vraiment lunatique), la joie, en passant par de la tristesse et la peur. Et pour moi cela compte énormément dans un roman.  Je dois avouer que si la fin n’avait pas été aussi géniale, je pense que mon avis aurait été plus mitigé.

Je ne regrette pas d’avoir lu ce livre car c’est une bonne découverte, j’ai passé un bon moment et j’ai adoré les personnages. De plus, l’écriture est correct et on peut lire assez facilement ce roman de 476 pages.

Et vous ?